Jacques Pastory a fait une époustouflante carrière de chef d'orchestre. Quand il revient à Sainte-Foy, il se souvient qu'il y donna une de ses premières représentations en province, avec un chanteur célèbre de l'époque, Pierre Malar. C'était pour un grand gala organisé par Jean Roturier, vers 1950.

a_002

Jacques Pastory est né à Vélines, où Paulette Platon fut son premier professeur de piano. En 1943, il monte à Paris. A Vélines, son grand père vend une paire de boeufs et lui donne l'argent : Jacques a de quoi lancer sa carrière. Il crée un orchestre et, pendant plusieurs mois, il fait les beaux soirs de l'Etoile, un cabaret renommé. Avant lui, s'y produisit Raymond Legrand ; après lui, ce sera Fred Adison. 

En 1948, il est le pianiste de Patachou, dans le cabaret que la chanteuse vient de reprendre à Montmartre. Jacques Pastory se rappelle que Patachou coupait volontiers les cravates de ses clients avec une paire de ciseaux. Et il était là quand Georges Brassens fit ses débuts dans le cabaret de Patachou, en chantant Le Gorille.

En 1951, Wladimir Porché, directeur de la Radiodiffusion Française, crée une série d'émissions qu'animent Jacques Pastory et son orchestre. Ils passent à 20 h 30 et c'est le début de la renommée. A l'Ascot Bar, Jacques Pastory donnera un programme de musique douce avec son trio. Puis, il dirige l'orchestre de Mogador qui donne des opérettes devenues des classiques, avec Marcel Merkès, Paulette Merval, Luis Mariano. Sa carrière le mène au Chatelet, au Casino de Paris, à l'Olympia, puis en Espagne, en Italie, à Cuba, à Monaco...

 entracte_1962

Jacques Pastory est une encyclopédie vivante du monde de la variété française et du music-hall pour la seconde moitié du 20ème siècle. Il a dirigé les orchestre des plus grandes salles de France, il a accompagné les plus grandes vedettes : Aznavour, Annie Cordy, André Claveau, Luis Mariano, Lys Gauty, Line Renaud et tant d'autres vedettes. Il a travaillé avec les paroliers, les compositeurs, les directeurs de théâtres. On lui parle d'Henri Varna, de Francis Blanche, de Vincent Scotto ou de Francis Lopez, il les a cotoyé assez longtemps pour déborder de souvenirs et d'anecdotes. Il a accompagné les débuts de jeunes promis à un bel avenir : Bourvil, Gilbert Bécaud, Fernand Reynaud, Lucien Jeunesse

Je fais un rapide sondage dans mes chansons françaises. Voici deux morceaux que Jacques Pastory contribua à rendre populaires :

a_004

a_003

 Un beau jour, Jacques Pastory s'est pris de passion pour la danse et s'est plongé dans la musique classique, avec pour compositeur de prédilection, Tchaïkovsky. A Monaco, Paris, Madrid, Barcelone, Cuba, il a dirigé des orchestres classiques.

Cet officier des Arts et Lettres garde la modestie, le dynamisme et la joie de rencontrer l'autre qui ont marqué sa carrière. C'est peut-être pour avoir su préserver ces qualités qu'il nous confie : "Vous savez, une carrière de chef d'orchestre n'est jamais terminée".

Le maestro aime les belles voitures Jaguar, le bon vin du pays foyen - et d'ailleurs. Il continue de savourer les joies de l'existence avec l'enthousiasme d'un jeune homme. Et toujours dans le rythme. 

a_016