Voici les souvenirs de M. Gourd sur les Bournizeaux. Ce hameau se trouve sur la commune de Loubès-Bernac, au sud du canton de Sainte-Foy la Grande. Je n'ai pas commenté ce texte, j'ai ajouté les illustrations.

Bournizeaux IGN

Carte IGN au 1:25000

1 - Le moulin de Grenier.

Le dernier minotier du moulin Grenier, à Fondefière, était connu sous le sobriquet de "Minou". Il vivait avec sa dernière fille, Henriette, étant veuf. Une autre fille vivait à Bergerac. Nos deux familles étaient très liées. Au moment des grands travaux, mes parents allaient lui donner un coup de main car il avait des prés, des vignes et de la terre.

Fondefière est un lieu-dit de la commune de Margueron, donnant sur le Seignal et où se trouvent le hameau de Fondefière et le moulin de Grenier.

2 - Prés humides.

Au sujet des prés humides il y avait jusqu'au remembrement de la commune de Loubès un pré humide au padage médiocre à l'entrée des bois de Tibé, qui se couvrait au printemps de tulipes roses avec des points blancs. Actuellement les tulipes ont disparu certainement à cause des désherbants. Du pont d'Uffert au Bournizeau, j'ai vu une fois avant la guerre et deux fois pendant et une fois après des inondations importantes qui couvraient tous les prés, par endroit il y avait 1 mètre d'eau. Au pont d'Uffert, il y avait une fontaine appelée source de guerre, qui s'écoulait dans un fossé de 2 mètres de large et 50 cm de profond. Tous les habitants du village venaient y chercher du cresson. Elle rejoignait le Seignal 300 mètres plus bas. Cette source était connue par les anciens sous le nom de Guerre à cause des troupes de Duguesclin qui faisaient le siège du château de Puyguilhem, et qui venaient faire boire les chevaux et ravitailler la troupe en eau.

7 sources coulent dans le Seignal, dont une alimente une fontaine et un lavoir, et par gravité, la maison du meunier. La principale coule dans le Seignal de la grosseur d'un litre. La fontaine de la source de Guerre est complètement en ruine. Dans le village il y a aussi un touron, vaste cavité dans le rocher où l'eau ne coule qu'en hiver ou par forte pluie. Il y a contre l'église d'Uffert un cluseau qui a été redécouvert. Nos parents en connaissaient l'existence, il se trouvait dans une terre appartenant à la famille. Il avait été mis à jour au 19ème siècle, il contenait un grand baquet de pierre. C'est en fesant la nouvelle sortie du village, c'est-à-dire entre le village et Uffert. Avant, les habitants sortaient par la voie romaine.

Cette voie romaine passait presque en ligne droite, Fonroque, le pied du château de Puyguilhem, traversait le Seignal en dessous de Thénac, où il y avait une ferme qui avait brûlé pendant la guerre au lieu-dit "la Citadelle", puis contre l'église d'Uffert au sud du village des Bournizeaux, Fondefière, les ferchauds, le moulin de la Fronde, au sud de La Roquille, puis se dirige vers Bordeaux. Au sud du village, il y avait une grosse pierre au lieu-dit "Miliaire", pierre qui servait de point de distance sur les voies romaines, en somme nos bornes kilométriques.

bournizeaux belleyme

 Carte de Belleyme

Il y avait aussi une grosse pierre au lieu-dit "La Grande Pierre", certainement les restes d'un dolmen. Dans les bois de Tibet, il y a un chemin nommé "Lou cami de la Rioule", Chemin de La Réole, trajet des pélerins de Saint-Jacques de Compostelle.

Le village des Bournizeaux possédait avant le remembrement de nombreux fossés sans haie, profonds parfois de 1 m 60 environ. Au lieu-dit La Garenne, au sud du village, il y avait un banc d'huitres dans une terre crayeuse. Les maisons du village, au début du 19ème siècle, toutes les maisons et le terrain attenant étaient entourées de murailles. Elles ont pratiquement disparu vers 1960. Elles avaient parfois près de deux mètres de hauteur sur 50 cm de largeur. La plus importante est celle qui délimite le département de la Gironde de celui du Lot-et-Garonne sur environ 500 mètres de long, 1 mètre de large et 2 mètres de haut. Malheureusement, elle est en partie ruinée par des vaches laissées en liberté.

Il y a aussi à 500 mètres du village, au milieu du Seignal, le lieu où se trouve la jonction des trois départements. La muraille a dû être édifiées par les moines qui se trouvaient à l'emplacement de la grosse ferme au lieu-dit "Les Bernards" (au sud-est de la commune de Margueron).

Dans les bois de Tibet, après la Révocation de l'Edit de Nantes, les protestants se réunissaient la nuit à un lieu appelé désert. Au Bournizeau, il se trouvait jusqu'à 1960 une grange qui a hélas été démolie pour récupérer les pierres ; elle avait deux fenêtres dont le haut était arrondi, là se réunissaient les Protestants en vertu de l'Edit de Marmande, promulgué avant celui du Fauga. La bonne entente régnait entre les deux communautés.

a 001    a 002

Bible utilisée pendant les assemblées de Margueron, le 5, 9 et 12 juin 1746

A suivre.