Quelques constats :

1 - Le cumul des mandats.

M. Florent Boudié est foncièrement contre le cumul des mandats, Sud-Ouest, 25 septembre 2012 : « Faire de la politique, c'est une mission, parfois une vocation, mais ce ne doit pas être une carrière. Les politiques ont besoin de retrouver la confiance des citoyens. Les socialistes doivent être exemplaires et s'appliquer la règle que le parti s'est fixée il y a trois ans, avant que la loi n'y soumette l'ensemble des élus. Personnellement, je suis contre le cumul des mandats en nombre mais aussi dans le temps (renouvelable une seule fois). Je souhaite aussi que l'on mette fin au cumul des indemnités et que l'on applique des règles très strictes contre toutes les formes de conflits d'intérêts entre mandat public et secteur privé. Ce qui suppose la création d'un statut de l'élu pour préparer le retour à la vie professionnelle. ».

2 - Le grand Leclerc.

En tant que conseiller municipal de Pineuilh, M. Florent Boudié fut "très favorable" au projet d'implantation du grand Leclerc et a voté en sa faveur (conseil municipal de Pineuilh, 25 mars 2009).

"M. BOUDIE reprend les arguments favorables déjà défendus par M. CHALARD, à savoir l’importance que revêt l’aboutissement de ce projet sur le territoire du pays foyen. L’implantation de ce centre commercial contribuerait à éviter le risque d’évasion du pouvoir d’achat des consommateurs locaux vers Libourne et Bergerac. Il déclare ses colistiers et lui-même très favorables à ce projet".

3 - Quelle ligne politique ?

- M. Florent Boudié est député socialiste.

- Sud-Ouest, mardi 11 février 2014, a interrogé M. Florent Boudié, candidat et tête de liste aux élections municipales de Sainte-Foy. "Le député socialiste, ... a lancé un sondage auprès de 140 Foyen et ne veut pas imprimer "de couleurs politiques dans cette campagne"...".

- A Pineuilh, les cinq conseillers d'opposition, colistiers de M. Florent Boudié se divisent et forment deux listes de gauche pour les élections municipales de 2014.

4 - Quelle vérité ?

Le Résistant, 16 janvier 2014, propos de M. Florent Boudié : "Notre Volonté collective est de regarder les réalités en face... Il faut agir et très vite, ne mentons pas aux foyens".

Ces changements de cap, d'opinions, de convictions déclarées puis effacées ont de quoi flanquer le vertige. Albert Camus l'avait déjà constaté : "Faute de valeur supérieure qui oriente l'action, on se dirige dans le sens de l'efficacité immédiate. Rien n'étant vrai ni faux, bon ou mauvais, la règle sera de se montrer le plus efficace, c'est-à-dire le plus fort".

Faire de la politique est une mission qui n'a rien à voir avec une carrière ; qui n'approuverait pas cette affirmation ? Cependant, pour M. Florent Boudié, la prochaine élection municipale est une étape dans une carrière déjà bien entamée.

Ces temps-ci, à Sainte-Foy, nous avons la chance de faire de l'histoire expérimentale, c'est-à-dire que les affirmations, les promesses et les décalages parfois stupéfiants dont j'ai donné quelques exemples forment les éléments d'un canevas d'analyse qu'il faudra affiner, voire nuancer. Philippe Burrin fournit une hypothèse de réflexion et de recherche, quand il précise les éléments de base de l'accommodation : "le sentiment de la contrainte, l'intérêt matériel, la complaisance personnelle, la conviction ou la connivence idéologique".

Dans son parcours politique, qu'il choisit de qualifier de mission et non de carrière, M. Florent Boudié nous donnera d'autres éléments pour étayer notre réflexion. Je note que la "mission" d'un élu est sans cesse vivifiée par des valeurs supérieures et n'a rien à voir, tout au contraire, avec "l'accommodation" de Philippe Burrin.

                                                                                                                     Jean Vircoulon