par Jean Vircoulon

Nous aurons le choix entre trois listes ; c'est probablement un fait unique dans l'histoire de la bastide. Dès maintenant, on peut en chercher les raisons. J'en distingue une qui me paraît essentielle : un système de gestion des affaires communes s'achève sans succès, et on constate que la vie démocratique a horreur du vide.

Certitude ou hypothèse ? Ce n'est pas cette question qui m'intéresse, mais le débat électoral et en particulier, sa nature. Le pragmatisme et et les projets concernent des questions classiques : qui sommes-nous, que voulons-nous devenir, comment. Il s'agit d'éclaircir notre avenir commun à très court terme, la seule chose qui soit claire pour tous étant que Sainte-Foy va mal.

Dans le premier tract publié par Florent Boudié, avant qu'il ne présente sa liste, on lit que Sainte-Foy, depuis 10 ans, est enfin parvenu à se désendetter. C'est un scoop, un information du tonnerre : en bon français, désendetter signifie se dégager de ses dettes. La bastide n'a plus de dettes ? Elle a fini par rembourser tous ses emprunts ?

On peut l'écrire, le dire et le redire, le proclamer et le confirmer, c'est faux. Le site du ministère du Budget donne des chiffres officiels et authentiques. En 2012, la dette est de 3 510 000 euros, ce qui représente 1354 euros par habitant, alors que la dette des communes de même importance ne représente que 716 euros par habitant.

J'ai demandé à Florent d'où il tenait que Sainte-Foy s'était désendetté. Il m'a dit : "En tant que député, j'ai pu avoir communication du rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur les budgets de Sainte-Foy, et c'est clairement indiqué dedans". Je lui ai répondu qu'en tant que simple citoyen, j'ai consulté ce rapport sur Internet et j'y ai lu tout le contraire. Et Florent ne m'a pas répondu quand je lui ai demandé le montant exact de la dette, les délais de remboursement et le total du débours pour apurer la dette.

J'ai revu Florent et je lui ai reposé ces questions. Il m'a donné une autre "preuve" que Sainte-Foy est bien désendetté : "Il y a 10 ans, la commune payait 700 000 euros mensuel pour rembourser ses dettes, aujourd'hui, ce n'est que 350 000 euros". Il a tourné le dos et il est parti sans en dire plus. Il ne s'agit toujours pas de la dette, mais du montant des annuités de remboursement !

Je n'aime pas le mensonge et dans ce cas précis, il s'agit de mensonge. Bien sûr, je voterai. Mais il est plus intéressant d'observer le comportement d'un candidat à la fonction de maire de Sainte-Foy qui fonde sa campagne électorale sur un mensonge. Observer aussi l'attitude de ses colistiers qui cautionnent ou veulent s'en tenir à la vérité et la faire connaître.

Quel est le montant de la dette de notre commune au 31 décembre 2013, quels sont les délais de remboursement, les remboursements ont-ils été étalés sur 25 ou 30 ans, quel sera le coût total du désendettement ? Ce n'est pas d'aujourd'hui que je pose ces questions. Florent Boudié donnera-t-il des précisions avant les élections ?

Nous verrons. Après les élections, le conseil municipal de Sainte-Foy comprendra une pluralité d'élus qui publieront tous ces chiffres. Nous verrons alors la réaction de Florent et de ses colistiers : quelle est leur conception de la Démocratie, dans quelle mesure sont-ils à l'écoute de leurs concitoyens, et enfin, considèrent-ils que les affaires de la Commune sont des affaires communes.